StarGate Atlantis

atlantide platon atlantis 543po

Nombre d’explorateurs, à l’instar du capitaine Nemo chez Jules Verne, veulent mettre le cap sur l’Atlantide, cette cité qu’un raz-de-marée aurait englouti dans les profondeurs de l’Atlantique environ 9.000 ans avant notre ère.

Platon raconte l’Atlantide

C’est dans deux de ses derniers dialogues, composés au IVème siècle avant notre ère, que Platon raconte cette histoire « vieille de neuf mille ans ». Le récit de l’Atlantide a été transmis de manière orale par un vieux prêtre égyptien au célèbre législateur athénien Solon vers 590 av. J.-C. De retour à Athènes, Solon en aurait fait le récit à Critias, élève de Socrate et oncle maternel de Platon.

C’est donc dans le Critias, un dialogue qu’il entretient avec Socrate, que Platon raconte le mythe de l’Atlantide, le terminant au beau milieu d’une phrase inachevée :

Le suspens est soutenable, car Platon a déjà résumé l’histoire de l’Atlantide dans le Timée - l'un des derniers dialogues du philosophe - et raconté sa fin aussi subite que tragique : « En l’espace d’un seul jour et d’une nuit terrible, tout ce que vous aviez de combattants rassemblés fut englouti dans la terre, et l’île Atlantide de même fut engloutie dans la mer et disparut. »

L’île mythique, qui ferait la taille d’un continent et serait située dans l’océan Atlantique, à la limite de l’univers connu par les Grecs, aurait été attribuée au dieu de la mer Poséidon lors du partage du monde. Les Atlantes, qui règnent sur l’île, tentèrent de dominer les eaux de la Méditerranée avant d’être repoussés par Athènes.

La colère de Zeus provoque un véritable raz-de-marée

 
 

Vers 9.600 avant notre ère, l’île fut victime de terribles cataclysmes : « Il y eut des tremblements de terre et des inondations extraordinaires, et, dans l'espace d'un seul jour et d'une seule nuit néfastes, tout ce que vous aviez de combattants fut englouti d'un seul coup dans la terre, et l'île Atlantide s'étant abîmée dans la mer disparut de même. Voilà pourquoi, aujourd'hui encore, cette mer-là est impraticable et inexplorable, la navigation étant gênée par les bas-fonds vaseux que l'île a formés en s'affaissant », raconte Platon dans le Timée.

Cette catastrophe naturelle est en réalité l’œuvre de Zeus. Si le dieu des dieux est entré dans une telle colère, c’est pour punir les habitants de l’Atlantide après avoir compris « à quel point de dépravation en était venue une race excellente ». Il voulut donc « leur appliquer un châtiment afin de les faire réfléchir et de les ramener à plus de modération ». Comment expliquer que la civilisation exceptionnelle des Atlantes soit tombée « dans l’inconvenance » ? Hé bien, c’est parce qu’ils descendent d’un dieu, Poséidon, et d’une mortelle, Clito, et que l’élément humain a pris le dessus dans leur caractère, les rendant notamment cupides, corruptibles et matérialistes.

 

La cité de l'Atlantide : mythe ou réalité ?

Platon présente son récit comme « une histoire vraie » en prêtant à Socrate, dans le Timée, les mots suivants : « Que ce ne soit pas une fiction fabriquée mais une histoire véritable, voilà qui est essentiel ». Et voilà de quoi ouvrir les portes de toutes les imaginations.

Si beaucoup d’hellénistes et de spécialistes en archéologie s’accordent à dire que le récit de Platon est une allégorie politique dont le but est de démontrer le triomphe d’une démocratie sur un système despotique, rien n’empêche certains rêveurs de chercher la localisation de la cité engloutie.

Le mot grec utilisé par Platon, « nesos » peut se traduire de cinq manières différentes : une île, un promontoire, une péninsule, une côte et une terre entourée de lacs ou de rivières. Les colonnes d’Hercule correspondent à l’actuel détroit de Gibraltar mais l’Atlantide fut imaginée un peu partout : aux Canaries, à Madère, à Santorin, dans les Bahamas ou aux Açores. L’explorateur Percy Fawcett pensait l’avoir trouvée au cœur de l’Amazonie dans un lieu baptisé « Point Z », tandis que le romancier Pierre Benoit la plaçait en plein désert du Sahara.

Présentation

Titre français: A la dérive
Titre original: Adrift

Numéro de l’épisode : 4.01
Réalisation : Martin Wood
Scénario : Martin Gero
Durée totale : 42 minutes

Acteurs invités: Torri Higginson (Dr Elizabeth Weir), Jewel Staite (Dr Jennifer Keller), David Nykl (Dr Radek Zelenka), Michael (Abe Ellis), Bill Dow (Dr Lee), Chuck Campbell (Technicien)

Court synopsis : Après l'attaque par le rayon Assurans la cité d'Atlantis dérive dans l'espace. L'expédition tente par tous les moyens de rejoindre leur nouveau monde avant qu'il ne soit trop tard et essaye de sauver de le docteur Weir qui est entre la vie et la mort.

sgarising

Bien avant l'annonce du téléfilm de stargate atlantis: extinction, et son anulation, les scénaristes c'étaient réunie pour évoquer leurs idées pour la saison 6 de stargate atlantis. Bien que la plus parts des idées des scénarios des épisodes étaient surtout de simples ébauches certaines idées étaient assez développé, comme l'arc de cette saison qui était centré sur le voyage dans le temps.

 

Puis suites aux mauvaises audiance de la série et aux problèmes financier de la MGM, seuls les 2 premiers épisodes de cette saison 6 ont été gardé pour en faire un film: stargate extinction:

Voici les grandes lignes du scénarios:

Dans la scène d'ouverture du téléfilm, deux astronautes marchent sur la Lune. Amelia Banks et le Major Evan Lorne poursuivent leur balade lunaire qui se termine (du point de vue des téléspectateurs) par la découverte de la cité d'Atlantis. On aperçoit également un Jumper transportant le Colonel Samantha Carter et un groupe de généraux qui viennent de faire le voyage Terre/Lune.

Dans la cité, Carter et ses invités retrouvent l'équipe scientifique dirigée par le docteur Rodney McKay qui est frustré de devoir interrompre ses recherches pour satisfaire aux obligations d'une réunion scientifique avec des militaires. Alors que le docteur fait preuve d'une grande impatience, le déclenchement d'une alarme vient interrompre cette réunion obligeant Carter, McKay et Zelenka à aller voir ce dont il s'agit.

L'examen des systèmes de la cité révèle une nouvelle effrayante : l'autodestruction a été enclenchée. Devant l'urgence de la situation, McKay explique qu'il s'agit d'une mesure de protection mise en place par les Lantiens pour le cas où Atlantis serait amenée à quitter la galaxie de Pégase. De plus, l'autodestruction ne peut être désactivée une fois qu'elle a été initiée. La seule solution qui se présente alors est un retour de la cité ancienne dans Pégase, ce qui aura pour effet de neutraliser le dispositif de sauvegarde mais dans la situation actuelle, effectuer ce retour est plus facile à dire qu'à faire...

Présentation

Titre français: Les voyageurs
Titre original: Travelers

Numéro de l’épisode : 4.05
Réalisation : Will Waring
Scénario : Joseph Mallozi et Paul Mullie
Durée totale : 42 minutes

Acteurs invités: Jill Wagner (Larrin), Kavan Smith (Major Lorne), Sean Rogerson (Nevik), Michael Cram (Silas), Scott Heindl (Wraith), Chris Kalhoon (Crewman)

Court synopsis : Le colonel Sheppard se porte volontaire pour réapprovisionner une station de recherche du Dr McKay. Mais pendant la mission, le jumper de Sheppard se fait tiré dessus, ce qui désactive tous les systèmes de l'appareil. Le colonel Sheppard est alors enlevé par un mystérieux vaisseau.